DAVID REDOR (Crazy DAVE) Site officiel - Official website

David REDOR informations

52 marathons within one year of United States of America
24
Oct

David Redor – 43ème marathon de son défi 2016 ! Atlantic City marathon : une belle course dans le New Jersey !

De retour du Canada où il avait couru le marathon de Toronto, David Redor s’est rendu dans le New Jersey pour le 43ème marathon de son défi 2016.

Mais, avant de participer au marathon d’Atlantic City, il a fait un ‘petit’ détour par la base militaire ‘Mc Guire-Dix-Lakehurst’, dans le New Jersey où il a couru un marathon en 4h31min. C’était le tout premier marathon dans l’enceinte de cette base militaire et la première fois que des civils avaient le droit d’y pénétrer. Une grande première et une date historique, donc, auxquelles a participé notre champion.

 David Redor nous a assez souvent étonnés au cours de ces derniers mois en courant des marathons supplémentaires… Si nous calculons le nombre de marathons qu’il a courus jusqu’à ce jour, nous arrivons à 57 marathons entre les marathons de son défi et les marathons supplémentaires !  David serait-il emporté par le vent de sa passion ? Il n’a sans doute pas fini de nous surprendre… Mais en attendant,  laissons-le nous raconter son marathon d’Atlantic City…

 Dimanche 23 octobre 2016 – Atlantic City marathon : une belle course dans le vent !

 Je me réveille à 6h30, assez bien reposé après ma folle course d’hier dans la base militaire Mc Guire-Dix-Lakehurst que j’avais fini en 4h31 malgré des conditions atmosphériques très difficiles.  Trois sachets d’Immun’Âge comme d’habitude avant mon petit déjeuner léger et je me rends au départ en voiture. Les coureurs ont eu droit avec l’inscription à un ticket pour le parking du casino Bally’s qu’on nous a quand même fait payer cinq dollars. Il fait beau ce matin mais frais, et, comme hier, il y a encore ce vent qui souffle fort. Je reste le plus longtemps possible au chaud dans la salle de jeux du casino dont je sors à 7h50 pour prendre place dans l’aire de départ. Je devais retrouver Yves qui avait couru le semi-marathon avec moi en mai à Wilmington dans le Delaware mais il n’est pas là. J’apprendrai plus tard qu’il est arrivé juste à temps pour le départ. L’hymne national est chanté et le départ est donné à 8 heures. Il y a beaucoup de monde ce matin entre les semi-marathoniens et les marathoniens, et il y a une bonne ambiance.

Nous remontons le ‘Boardwalk’ – la fameuse promenade au bord de la  mer – vers le nord puis faisons un petit tour en ville. Nous nous dirigeons ensuite vers les casinos qui sont un peu en retrait. Le parcours est roulant ; seules deux montées de bretelles de voie express sont à noter. Je passe le 5ème km en 30 minutes. Je me laisse porter par la cadence du peloton. Le vent souffle fort et nous le prenons par moment de plein fouet ce qui n’est pas agréable du tout. Nous faisons le tour d’un énorme casino puis retournons vers la ville. J’arrive au 10ème km en 1h02min et pour l’instant tout va bien.

Nous courons dans quelques quartiers un peu au nord de la ville avant de revenir au 13ème km sur le Boardwalk que nous allons courir vers le sud. Ce passage est très sympa car il y a un peu de monde et la surface de cette promenade est en bois, mais le vent nous arrive de 2/3 avant droit et nous gêne quand même un peu.

Au 15ème km (couru en 1h35min) nous passons à côté de la ligne d’arrivée et nous croisons les coureurs en tête du semi-marathon. Au 19ème km, je croise Yves qui me reconnaît, me fait un coucou rapide et continue sa course. Il terminera en 1h59min : du bon boulot ! Au 19ème km, nous quittons le Boardwalk pour prendre Atlantic Avenue qui est parallèle à la plage, et c’est parti pour une séance de rafales de vent pendant cinq kilomètres. Le vent qui souffle à près de 50 km/h s’engouffre dans l’avenue, tourbillonne et nous met par moment quasiment à l’arrêt. J’arrive au 20ème km en 2h09min et boucle le semi-marathon en 2h17min.

Cette avenue est interminable et, avec ce vent, mon rythme diminue. Heureusement, les jeunes volontaires présents aux ravitaillements nous encouragent et mettent une bonne ambiance. Au km 24 nous faisons demi-tour. Le vent souffle maintenant dans notre dos et c’est quand même plus facile. J’essaie de reprendre un peu de temps perdu à l’aller mais le vent nous a bien fait pleuré les chaussettes ! J’arrive au 25ème km en 2h45min. Au 28ème km, nous quittons l’avenue pour reprendre pendant un petit kilomètre le Boardwalk puis nous reprenons Atlantic Avenue pour la dernière boucle. C’est reparti pour quatre kilomètres de galère. A un moment, je suis penché en avant, pratiquement à l’arrêt, et le vent m’empêche quasiment d’avancer : assez impressionnantes, les rafales que nous ramassons ! J’arrive au 30ème km en 3h21min. Au 33ème km, nous sommes tous contents de faire demi-tour et d’avoir de nouveau le vent dans le dos.

Un coureur joue au chat et à la souris avec moi depuis un moment et me double au 35ème km que j’atteins en 3h59min. Je sais maintenant que je finirai sous les cinq heures, je suis donc très satisfait. Au 37ème  km, nous retrouvons le Boardwalk qui va nous emmener jusqu’à l’arrivée. Je remonte pas mal de coureurs qui sont en difficulté et je reviens sur ce coureur qui m’avait doublé. Il a un casque sur les oreilles. Il se retourne et, quand il me voit, accélère pour essayer de me décrocher. Je vois, par expérience, qu’il est malgré tout à son maximum et qu’il ne pourra pas aller plus vite. J’arrive au 40ème km en 4h40min et décide de jouer le jeu. Je me colle derrière lui et l’oblige à pousser un peu mais, comme je le pensais, il est à fond. C’est le moment que je choisis pour placer une belle accélération et le laisser sur place. Je franchis la ligne d’arrivée en 4h55min04s (distance courue en 4h53min28s). Je récupère ma médaille et vais me ravitailler.

Sur certains marathons, nous sommes privés de bière mais, aujourd’hui, chaque finisher a droit à un plateau avec sept bières spéciales en dégustation. Je m’assois à une table pour me masser et m’hydrater ! Elles sont toutes excellentes et c’est un vrai plaisir après la course. Le vent commence à tomber un peu et il fait bon en plein soleil. Je croise Christelle qui avait couru avec moi en Géorgie et au Nouveau Mexique. Elle vient de courir son 52ème marathon cette année et je la félicite car ce qu’elle fait est impressionnant. Nous discutons un moment puis elle reprend la route pour la Caroline du nord.

Je me dirige vers la ligne d’arrivée pour encourager les derniers marathoniens qui arrivent. Le coureur que j’ai dépassé dans le dernier kilomètre viendra me serrer la main et me féliciter pour mon final. Sympa ! Un petit tour sur la plage puis je rentre prendre une bonne douche.

Une belle course aujourd’hui, tout était parfait excepté le vent, mais, là encore, on ne peut en vouloir à personne !

Je serai à Narragansett dimanche prochain, 30 octobre, pour courir dans le 44ème Etat américain de mon défi 2016 : Rhode Island… Mais pendant la semaine, je serai de retour à San Antonio dans le Texas pour courir un quadruple marathon dans le cadre du ‘Count Dracula 8 days of Marathon’, i.e. les huit jours de marathons du Comte Dracula : N’oublions pas que le 31 octobre, c’est Halloween…

Bonne semaine à tous, David

Leave a Reply

You are donating to : David Redor Challenge

How much would you like to donate?
$10 $20 $30
Would you like to make regular donations? I would like to make donation(s)
How many times would you like this to recur? (including this payment) *
Nom *
Prénom *
Email *
Téléphone
Adresse
Additional Note
Loading...